• Quel secret dort ...

    Quel secret dort ...

     

    Chatte blanche, chatte sans tache,

    Je te demande, dans ces vers,

    Quel secret dort  dans tes yeux verts,

    Quel sarcasme  sous ta moustache,

    Quel secret dort ...

    Tu nous lorgnes , pensant tout bas,

    Que nos fronts pâles, que nos lèvres,

    Déteintes en de folles fièvres,

    Que nos yeux creux ne valent pas .

    Quel secret dort ...

    Ton museau  que ton nez termine,

    Rose  comme un bouton de sein,

    Tes oreilles dont le dessin,

    Couronne fièrement ta mine,

    Quel secret dort ...

    Pourquoi cette sérénité ?

    Aurais-tu la clé des problèmes 

    Qui nous font  frissonnants  et blêmes,

    Passer le printemps et l'été .

    Quel secret dort ...

    Devant la mort qui nous menace,

    Chats et gens , ton flair, plus subtil

    Que notre savoir , te dit-il 

    Où va la beauté qui s'éfface,

    Quel secret dort ...

    Où va la pensée, où s'en vont 

    Les défuntes splendeurs charnelles ? ...

    Chatte ,  détourne tes prunelles;

    J'y trouve trop de noir au fond .

    Quel secret dort ...

    Charles Cros Le coffret de santal , A ma chatte blanche , 1873 .

    Quel secret dort ...

    Je vous souhaite une bonne soirée, 

    Ce soir ,  le demi-finale de nos futur  chanteurs et chanteuses, The Voices Kids , j'adore, 

              Gros bisous a vous toutes et tous 

    Quel secret dort ...


    3 commentaires
  • La bonne Lorraine,

    Bonjour a toutes et tous,

     

    La bonne Lorraine,

     

    Livrée aux léopards anglais par Ysabeau,

    Notre France allait être un cadavre au tombeau,

    Elle n'avait plus rien de sa fierté divine,

    Et Suffolk et Talbot lui broyait la poitrine,

    Plus de Vaillance, plus d'espoir , c'était la fin,

    Affolés par la peur affreuse et par la faim ,

    Les paysans quittaient par troupes leurs villages ,

    Ils s'enfuyaient et, las de subir les pillages ,

    La bonne Lorraine,

    Ils allaient vivre au fond des bois avec les loups,

    le roi de Bourges , coeur inquièt et jaloux,

    Sans toucher son épée où s'amassait la rouille,

    Docile,  abandonnait sa vie à la Trémouille,

    Orléans semblait  pris déjà plus qu'à moitié,

    Lorsque Dieu vit la France  et la prit en pitié,

    C'est alors qu'il choisit , pour sauver cette reine,

    Un champion , qui fut la  robuste Lorraine .

    La bonne Lorraine,

    la Lorraine où jamais le travail ni les ans,

    N'abattent la vertus mâle des paysans,

    Dieu, nous plaignant , voulut qu'elle prît la figure,

    D'une Vierge  donnant au ciel son âme pure,

    Comme une hostie  offerte à Jésus triomphant,

    Et qu'elle tînt la hache  avec un bras d'enfant,

    Forte de son amour  et de son ignorance,

    Pour chasser l'étranger  qui dévorait la France ,

    Comme un troupeau  de boeufs mange l'herbe d'un parc 

    Et la Lorraine alors se nomma Jeanne-D'Arc !

    La bonne Lorraine,

    Ô toi , pays de Loire , où le fleuve étincelle,

    Tu la vis accourir , cette rude oucelle,

    Qui, portant sa bannière avec le lys dessus,

    Combattait dans la plaine  au nom du Roi Jésus,

    Faucheuse , elle venait faucher la moisson mûre,

    Et le joyeux soleil dorait sa blanche armure,

    Elle pleurait d'offrir des festins aux vautours,

    Elle montait la première aux échelles des tours ,

    La bonne Lorraine,

    partout sûre en son coeur de vaincre , Orléans, Troyes ,

    Malgré le bourguignon vorace , étaient ses proies ,

    Lorsqu'elle pénetrait dans ses séjours de rois,

    On entendait sonner dans le vent les beffrois 

    Avec de grands cris d'or pleins d'une joie étrange 

    Et le peuple ravi la suivait comme un ange ,

    Puis elle retournais , héros insoucieux ,

    A la bataille,  et Saint-Michel , au haut des cieux,

    La bonne Lorraine,

    Flamboyant, secouait devant elle son glaive,

    Le roi Charles  conduit par elle comme en rêve ,

    Et sacré sous l'azur  dans l'église de Reins;

    Tant de succès hardis , tant d'exploits souverains,

    Tant de force , Dunois, Xaintrailles , et Lahire,

    Suivant , joyeux , ce chef de guere au doux sourire,

    Le grand pays qui met des lys dans son blouson,

    Ressuscité des morts malgré la trahison,

    Tout cela , tant l'histoire est un muet terrible,!

    Devait finir un jour à ce bûcher horrible;

    Où la pucelle meurt dans un rouge brasier ;

    Et le songeur ne sait qu'il doit s'extasier 

    Davantage devant l'adorable martyre ,

    Ou devant la guerrière  enfant qu'un peuple admire,

    le rendant à l'honneur après ses lâchetés,

    Et dont le sang d'agneau nous a tous rachetés !

    La bonne Lorraine,

    Ô sainte , ô Jeanne-D'Arc , toi la bonne Lorraine,

    Tu nous fus pas pour nous avare de ta peine,

    Devant notre pays aveugle et châtié ,

    Pastoure,  tu frémis d'une grande pitié,

    Sans regret tu pendis au clou ta cotte rouge,

    Et toi qui frissonnais pour une herbe qui bouge,

    Tu mis sur tes cheveux le dur bonnet de fer,

    Tu partis à la voix de sainte Catherine, 

    Et porter un habit d'acier sur ta poitrine,

    Et t'offrir,brebis sainte , au couteau du boucher,

    Et chevaucher pendant les longs jours, et coucher

    Sur le sol nu pendant l'hiver , comme un gendarme,

    Tu faisais tout cela sans verser une larme,

    La bonne Lorraine,

    Jusqu'à ce que ta France eût vengé son affront,

    Et, comme un lion fier , secoué sur son front,

    Sa chevelure , et par tes soins, bonne pastoure,

    Eût retrouvé son los antique  et sa bravoure,

    mais, oh ! Pourquoi  dans tous les temps  blessée au flanc

    Laisse-t-elle aux buissons  des taches de son sang ?

    Jeanne, à présent c'est toi , c'est la Lorraine même,

    Qui tient dans ses deux poings l'étranger qui blasphème 

    Et qui brave ta haine  aux farouches éclairs,

    C'est lui, le dur teuton d' Allemagne  aux yeux clairs ,

    Qui fauche tes épis rangés en longue ligne,

    Dans la plaine , et c'est lui qui vendange ta vigne ,

    Tes fleuves  désormais ont des noms étrangers,

    Un bracelet hideux  pèse à tes pieds légers ,

    La bonne Lorraine,

    Ô guerrière intrépide  et que la gloire allaite !

    Une chaîne de fer serre ton bras d'athlète ,

    Et la morne douleur  est un pays Lorrain,

    Mais laisse venir Dieu , le juge souverain,

    Que servit ton génie , et qui voit ta souffrance,

    ne désespère pas , regarde vers la France !

    Tu rallumeras ses yeux éteints , comme un flambeau ,

    C'est toi qui la repris toute froide au tombeau 

    La bonne Lorraine,

    Et qui lui redonnas son souffle, elle te nomme,

    Depuis ces jours anciens libératrice , et comme

    Alors tu te donnas pour elle sans faillir,

    Elle n'entendra pas non plus tressaillir

    Jusqu'en sa moelle , et sans que la pitié la prenne,

    le long sanglot qui vient des marches de Lorraine !

    La bonne Lorraine,

    Théodore de Banville ,1872.

    La bonne Lorraine,

     Je vous souhaite a toutes et tous une très bonne journée, chez nous c'est sous la pluie, 

    Bisous de moi

    La bonne Lorraine,


    3 commentaires
  • D'où viens-tu ?

    Chat, chat, d'où viens-tu ?

     

    Chat, chat, d'où viens-tu ?

    Je viens du fond de la nuit,

    Je viens de jouer sans bruit

    Avec le vent et la lune,

    D'où viens-tu ?

    Chat, chat, d'où viens-tu ?

    Je viens d'aiguiser mes dents,

    A l'or du soleil levant,

    Je l'ai cardé de mes griffes,

    D'où viens-tu ?

    Chat, chat, d'où viens-tu ?

    Je viens de lustrer mon corps,

    Sous la pluie des gouttes d'or,

     Et ma fourrure étincelle,

    D'où viens-tu ?

    Chat, chat, d'où viens-tu ?

    D'un pays silencieux,

     Qui dort au fond de mes yeux,

    A l'abri de mes paupières,

    D'où viens-tu ?

    Chat, chat, d'où viens-tu ?

    D'un pays ou je suis roi,

    Moi, j'en viens, vous n'irez pas,

    Vous n'irez pas,  demoiselle !

    D'où viens-tu ?

    Louisa Paulin, Poèmes, Chat de 1969.

     

    D'où viens-tu ?

    Il est temps de ranger la souris et d'aller faire dodo,

    Je vous souhaite une très bonne nuit, 

    Faites de beaux rêves, 

    Bisous de nous,

    D'où viens-tu ?


    7 commentaires
  •  

    Bonjour a vous toutes, les amies,

     

     Ce matin il y avait un soleil magnifique , suivi d'un bel arc-en-ciel que j'ai regardé avec le chauffeur du VSL de Fabien, c'était magnifique, mais vite partit, le cile  se couvre , dommage !

    Bonjour et bon jeudi,

    Ma citation du jour:

    << On rencontre sa destinée  souvent par les chemins que l'on prend pour l'éviter .>>

    Jean de la Fontaine

    Bonjour et bon jeudi,

    << Personne ne peut fuir son coeur .

    c'est pour cela qu'il vaut mieux écouter ce qu'il dit .>>

    Paulo Goelho

    Bonjour et bon jeudi,

    Drôles de vaches!

    Les vaches font parties du paysage français . Paisibles ruminants dont nous nous limitons souvent à imaginer qu'elles regardent passer les trains , elles ne sont rares que dans le Sud-Est méditerranéen.

    Partout ailleurs sur le territoire , plus de 20 millions de vaches broutent , ruminent , produisent du lait ( donc du fromage ) , de la viande  et du cuir .

    Brunes ou blondes , avec un cuir orné de taches ou non, plus ou moins massives , les vaches françaises  se distinguent  selon les régions d'élevage ; 39 races bovines  sont actuellement  élevées en France .

    Bonjour et bon jeudi,

    Au lendemain de la seconde guerre mondiale , la pénurie alimentaire , la mécanisation des campagnes  et la spécialisation de l'agriculture  ont poussé les acteurs de l'élevage  à privilégier les races les plus rentables  et les mieux adaptées régionalement . Certaines races  ont ainsi disparu dans cette réorganisation de l'agriculture . Mais depuis 1980  on s'attache davantage  a préserver la diversité . En revanche , douze races  comptent moins de 1000 vaches : armoricaine, béarnaise, bretonne pie noir , maraîchine , Villard-de-Lans ... Elles ont failli disparaître  dans les années 1960  et sont désormais préservées  sur des territoires bien délimités, ce qui nous procure parfois le palisir de les rencontrer  au détour d'un chemin ...

    Bonjour et bon jeudi,

    Les vaches dans le langage 

    S'il était encore besoin de prouver que les vaches font partie de nos paysages  et de nos traditions , voici quelques expressions imaginées  bien de chez nous  pour nous rappeler que ces ruminants paisibles  nous 

    accompagnent  depuis des siècles .

    Bonjour et bon jeudi,

    - A chacun son métier , et les vaches seront bien gardées .

    - Parler anglais  comme une vache espagnole .

    - Prendre quelqu'un pour une vache à lait .

    - Être vache ( où être peau de vache ) .

    - Faire un coup en vache .

    - Le plancher des vaches .

    - Tâter le cul des vaches .

    - Vachement .

    - La Vache !

    - L'amour vache .

    - Une vacherie .

    - Adieu veau, vache, cochon, couvée !

    - Une période de vaches maigres ;

    - Avoir mangé de la vache enragée ;

    - Il pleut comme vache qui pisse .

    Bonjour et bon jeudi,

    C'est pour rire !

    Deux vaches discutent dans un pré : 

    La première : dis, ça t'inquiète pas , ces histoires de vaches folles  dont on parle en ce moment ?

    La deuxième : Non; moi je m'en moque , je suis un lapin .

    Bonjour et bon jeudi,

    Le saviez-vous ?

    Mort aux vaches !

    Pourquoi cette expression  s'adresse-t-elle  aux forces de l'ordre ?

     Elle daterait de la guerre franco-allemande  de 1870 .

    Alors que les Allemands occupaient  une partie du territoire français , leurs postes de garde portaient l'inscription ( Wache >> , qui signifie   " garde " ou " sentinelle "  en Allemand .

    Les relations franco-allemandes étant tendues , les Français manifestaient  leur hostilité  envers l'occupant  avec la formule << mort aux waches >>  qui évolua en " mort aux vaches " . 

    A la fin du XIX e siècle l'insulte  fut reprise par les mouvements arnachistes , dont elle devint le slogan . Avec le temps , elle s'adressa à la police , aux gendarmes , aux CRS , et par extension  à toute personne qui porte l'uniforme .

    Bonjour et bon jeudi,

    Je continue a vous montrer ces belles vaches, 

    Bonjour et bon jeudi,

    Bonjour et bon jeudi,

    Elles sont belles les meuh;

    Bonjour et bon jeudi,

    Je vous souhaite une bonne journée, 

    Bisous de moi,

    Bonjour et bon jeudi,

    Bonjour et bon jeudi,

     


    8 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires