• Le conte de la petite coccinelle..

    Le conte de la petite coccinelle..

    Bonjour 

     

     

     

     

     

    Le conte de la petite coccinelle..

    C'est moi la petite coccinelle 

    Je vais vous raconter le conte de la petite coccinelle qui découvrit l'urgence de s'accorder de l'attention  et même de prendre soin d'elle .

     

    Il était une fois une coccinelle  qui avait passé l'essentiel de sa vie  à aider tous ceux qui autour d'elle , se sentait en difficulté , tous ceux  qui avaient besoin d'un coup de patte  pour se relever d'une épreuve , traverser une période difficile  de leur vie  ou ne serait-ce qu'affronter  un problème du quotidien .

    Elle n'hésitait jamais , répondait toujours présente  et bien sûr , vous pouvez l'imaginer , elle s'était " blindée " , selon une expression  qu'on emploie chez les coccinelles .

    Cela voulait dire que jamais au grand jamais  elle n'aurait demandé de l'aide  pour elle-même ,ni accepter de montrer le moindre signe de faiblesse ou d'incertitude . 

    Aux yeux de tous , Lounatha paraissait forte, solide, ayant toujours réponse à tout .

    Dans les échanges , elle s'affirmait ; énonçait  ses idées  et renonçait rarement  à son point de vue .

    Elle discutait point par point sur un ton parfois péremptoire qui laissait croire aux autres  qu'elle était autoritaire  et peut-être trop sûre d'elle , voire arrogante , tellement ses paroles  pouvaient être perçues  comme tranchantes , catégoriques  et définitives .

    Le conte de la petite coccinelle..

    Dans son entourage professionnel , elle était lobjet à la fois  d'une réelle admiration - plus ou moins cachée -  et de critiques  tout aussi fondées -  plus ou moins exprimées .

    Cet état de fait  durait depuis des années , mais peut-être savez-vous  comme moi que,  lorsqu'on utilise l'essentiel  de ses énergies  au service des autres , on se dévitalise , on ne nourrit plus sa propre histoire , on n'alimente plus son imaginaire  et surtout on ne se rend même pas compte  qu'on refoule soigneusement  tout ce qui concerne son propre passé , qu'on le maintient  avec beaucoup de ténacité  ( ou d'inconscience )  sous le boisseau , tout au fond d'un gouffre d'oubli .

    Le conte de la petite coccinelle..

    Lounatha , sans même le savoir , utilisait beaucoup , beaucoup d'énergie  pour maintenir une pression  quasi permanente  sur les souffrances de son enfance , comme pour éviter  qu'elle ne remontent à la surface .

    Sans se rendre compte  qu'elles étaient toujours présentes  en elle  et parfois réactivées par certains évenements  de sa vie actuelle .

    Ce que je dis là, cette coccinelle  passa bien sûr  longtemps à le nier . Elle affirmait :

    - Moi , j'ai eu une enfance normale , comme tous le monde .

    Le conte de la petite coccinelle..

    Je ne vois pas de quoi j'aurais souffert  en étant petite,  je m'en suis bien sortie , j'ai été très tôt indépendante , je n'avais besoin de personne .

    D'accord , mon père n'était pas trop présent , son travail semblait  très souvent prioritaire  et lui prenait beaucoup de temps , mais moi je ne demandais rien .

    D'accord , mes parents ont divorcés quand j'avais dix ans , mais c'est de l'histoire ancienne .

    D'accord,  nous avons déménagé plusieurs fois  et je perdais  chaque fois mes amies , mais de toutes façon je n'ai jamais eu beaucoup d'amies  très proches .

    Bon, d'accord,  je suis tombée malade , enfin ...  j'étais un peu faible  des poumons , on m'a envoyé e, préventorium  pendant la moitié d'une année , et j'ai été séparée de mes parents , mais il faut bien commencer un jour  à se retrouver seule !

    Et puis , de toute façon,  je n'aime pas parler de moi  et surtout je n'aime pas qu'on parle sur moi . 

    Je suis très sensible  et même chatouilleuse  sur ce point ...

    Le conte de la petite coccinelle..

    Et depuis quelques temps justement,  chaque fois qu'on parlait d'elle , elle se mettait à pleurer , à pleurer désespérément .

    Des sanglots  venus de très loins  dans son corps , qui remontaient vers sa gorge , vers ses yeux , qui envahissaient tout son être .

    Elle pleurait , pleurait sans pouvoir  nommer son désespoir  ni relier ses pleurs  à une quelconque cause précise .

    Il y avait chaque fois  un élément déclencheur , un mot, une question qu'on lui posait ; une remarque entendue , qui n'était pas nécessairement désagréable  mais qui agissait   comme un détonateur  et la faisait pleurer , pleurer .

    Le conte de la petite coccinelle..

    Elle osa s'avouer à elle-même d'abord , puis a son papa -  qui en fut tout ému :

    - J'ai peur de faire une dépression , de me perdre , de ne plus savoir qui je suis ; j'ai besoin de me faire aider ... 

    Oui, ce jour-là , pour la première fois  de son existence . Lounatha  trouva le courage  de demander de l'aide .

    Quand je résume ainsi la situation en quelques mots tout simples , cette décision peut paraître banale   et évidente , mais pouvez-vous entendre la dose  de courage  et aussi d'humilité  nécessaire  pour reconnaître qu'on a besoin d'etre aidé quand on sent  au profond de soi  qu'on n'arrive plus a affronter le quotidien dès le matin . 

    Quand se lever , se nourrir , aller au travail , dormir  devaint une vraie corvée . Quand les gestes les plus ordinaires  demandent  un effort inoui , quand on commence une tâche  qu'on ne peut terminer , quand l'appartement se remplit d'objets inutiles  que l'on arrive pas a jeter à la poubelle , quand tout se fige  autour de soi , comme un brouillard froid  et épais  qui ne se dissipe pas .

    Le conte de la petite coccinelle..

    Oui, il en faut du courage  pour accepter d'appeler  au secours  en sentant qu'on ne peut sortir tout seul  de la tristesse qui nous habite , qu'on arrive plus à apaiser les tempêtes émotionnelles  qui nus agitent , qu'on ne peut diminuer la fatigue  qui nous assaille  ou réduire l'inquiétude diffuse  qui nous trod le ventre  à tout moment  de la journée  et surtout de la nuit !

    Quand notre corps double  de volume  et qu'on sent que tous ces kilos  ne sont pas à nous , qu'ils sont là comme des étrangers , des envahisseurs  qui dévorent notre vie .

    Le conte de la petite coccinelle..

    En écrivant ce petit conte , j'espère que ceux qui me liront  entendront combien je suis ému   à la pensée que cette petite coccinelle  a su enfin trouver les mots pour appeler , demander  et reconnaître  qu'il n'y a pas d'âge  pour commencer à prendre soin de soi , pour se donner du temps  et un espace  afin de pouvoir se dire  en toute liberté  devant quelqu'un  dont c'est le métier d'écouter .

    Pour  être enfin entendu  et accepter de clarifier , de nettoyer , de mettre un peu d'ordre  dans son histoire passée et présente .

    Pour ne pas rester pris  dans les situations inachevées  de l'enfance .

     Et cela dans un seul but : pouvoir mieux accueillir le bon,le doux , le joyeux  qui sont toujours présents  dans notre existence , s'ils ne sont pas étouffés par les retours toxiques  intempestifs  et envahissants du passé .

    Le conte de la petite coccinelle..

    Conte a guérir ,

    Conte a aimer de Jacques Salomé .

    Le conte de la petite coccinelle..

    Si je vous raconte   ce joli conte,  c'est parce que c'est un peu moi et ma vie ,  sauf que cette vie s'est passée après mon mariage,  ,c'est vrai je suis tombée malade a 12 ans ,  je suis allée 6 mois en sana dans la forêt noire en Allamagne,  ensuite je suis resté couchée  pendant encore 6 mois,  mais je me suis battue, battue toujours pour vivre,  ensuite, la vie,  la petite coccinelle la raconte,  mieux que moi .

    Bonne fin de journée, 

    Bisous 

    Le conte de la petite coccinelle..

    « Bonjour,bonne journée de mercredi,Bonjour , bon jeudi , »

  • Commentaires

    5
    Jeudi 22 Novembre 2018 à 11:07

    bonjour Marie ,un très beau conte ,passe une agréable journée gros bisous

    4
    Jeudi 22 Novembre 2018 à 07:57

    On a tous en nous quelque chose de la petite coccinelle, il faut du temps et du travail pour comprendre, mais après on peut vivre sa vie pleinement, sans haine et sans regret.

    Je te souhaite une belle journée

    Amicalement

    Claude

    PS, hier je t'ai envoyé un petit mot par le formulaire de contact, j'espère que tu l'as bien reçu

    3
    Mercredi 21 Novembre 2018 à 21:28

    Très beau conte !!

    Je passe tard j'étais en train de broder et je n'ai pas vu passer l'heure !!

    Bonne nuit ma belle et gros bisous

    2
    Hiakku
    Mercredi 21 Novembre 2018 à 16:34
    Coucou Marie,
    tout comme toi je suis aussi être coccinelle.
    Il en faut du courage pour agripper la main à qui cherche à vous aider.
    Abnégation, humilité, force, puiser toutes ces forces au fond de soi et rebondir.
    Bisous.
    La Miss se plaint à nouveau de son rein gauche.
    J'ai pris RV chez le médecin.
    Après deux interventions, il ne faut pas minimiser comme le fait la Miss.
      • Mercredi 21 Novembre 2018 à 19:14

        Coucou Monique, la pauvre petite Tatiana, elle n'est pas gâtée par la vie,  toujours dans le malheur,  ou, tu as raison  dans la coccinelle, ma vie, est ainsi ou du moins a été ainsi, il faut s'en sortir coute que coute, et prendre le taureau par les cornes, mais quand on a personne a qui tendre la main,  et bien faut s'en sortir seul,, toi aussi tu es coccinelle  ma douce, tu te bas sans arrête pour ta fille,  c'est bien du mal,  gros bisous a toi, Marie

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :